La Sophrologie

 

Cette méthode a été créée en 1960, en Espagne, par Alfonso Caycedo, médecin neuropsychiatre. Elle étudie la conscience humaine et ses potentialités. Après avoir utilisé les thérapies habituelles de l’époque, il s’interroge sur la nécessité de modifier l’état de conscience de ses patients pour soigner leurs différentes pathologies.

Il s’inspire de l’hypnose et de la phénoménologie mais également de techniques orientales comme le Yoga, le Zen ou le Tummo et crée une méthode psychocorporelle associant la respiration, la décontraction musculaire et la visualisation d’images positives.

 

La sophrologie est donc une technique de développement personnel qui permet :

 

  • de se détendre

  • d’amener le schéma corporel à plus de réalité vécue et ainsi d’habiter son corps positivement

  • de mieux se connaître et renforcer ses ressources internes afin de mieux utiliser tout notre potentiel

  • de développer la réalité objective pour apprendre à voir les choses davantage comme elles sont, de développer plus de réalisme et d’efficacité dans l’action.

  • d’utiliser les pouvoirs de notre imagination

  • d’utiliser les ressources de notre intuition


​ Guidée par le sophrologue, la personne expérimente un « état modifié de conscience ».

Son attention est focalisée.

Le monde extérieur perd de son importance. Apaisée, ancrée dans son corps, elle est alors plus disponible, plus créative…Apte à enrichir le regard qu’elle porte sur les événements.

Un entraînement régulier permet d’intégrer progressivement la méthode, de l’intégrer dans la vie quotidienne et de la pratiquer finalement de manière autonome.

 

La sophrologie amène à acquérir une attitude face à la vie plus consciente, sereine et équilibrée. Elle rend moins réceptif au stress, aux agressions physiques et psychiques.

 

Au croisement de la relaxation occidentale et de la méditation orientale adaptée, elle permet à chacun de trouver de nouvelles ressources en lui-même et d’améliorer sa qualité de vie.

 

 

 

 

Pour qui ? Dans quels cas ?
 

La sophrologie est accessible à un large public :

 

  • Pour l’enfant âgé de plus de 7 ans (inquiétudes familiale ou scolaire…)

  • la période difficile de l’adolescence (stress aux examens…)

  • la gestion de la vie quotidienne de l’âge adulte (anxiété lié au travail ou aux problèmes familiaux…)​​

 

La sophrologie est utile partout où le stress et l’anxiété peuvent aggraver une situation ou une occasion :

 

  • Manque de confiance en soi

  • Angoisse liée à un traumatisme

  • Insomnie

  • Intervention chirurgicale

  • Examens scolaire, permis de conduire…

  • Compétition sportive

  • Représentation artistique (théâtre, danse…)

  • Accouchement

  • Mariage

Organisation d’une séance

 

Les séances de sophrologie durent en moyenne 1H à un rythme d’une séance par semaine. En pratique, pendant la séance de sophrologie, la personne a les yeux fermés et se laisse guider par la voix du sophrologue. Les exercices sont physiques (contractions et relaxations musculaires, étirements, exercices respiratoires) et mentaux (rêves éveillés, auto-suggestions positives, exploration du passé…etc) et se pratiquent debout ou assis.

 

Le but de ces séances est de vous offrir des outils que vous pourrez utiliser ensuite quel que soit l’endroit de manière autonome.

Chaque séance débute par une phase d’accueil et une présentation du contenu de la séance. Nous débuterons ensuite chaque protocole par un temps de relaxation au travers d’exercices de respiration, afin de vous permettre d’accéder à une prise de conscience du moment présent ainsi que de vos perceptions et sensations. En fonction de vos besoins et de vos objectifs, nous pourrons travailler le protocole qui correspond à un ensemble d’exercices de prise de conscience du corps et de visualisations.

Pour terminer, un dialogue est proposé pour partager librement et sans jugement ses expériences.

Charte déontologique

 

       Etant diplômée du centre de formation Psynapse, j’ai décidé de suivre le code déontologique du sophrologue professionnel édité par la Fédération Française de Sophrologie.

 

Extraits du Code déontologique du sophrologue professionnel

 

Article 1. La sophrologie

 

1-1. Définition

La sophrologie est une profession de relaxation à visée existentielle. Elle a pour objectif l’équilibre de la personne par des moyens propres à la méthode : relaxations, exercices corporels et respiratoires, entraînement mental (pensée positive, visualisation), techniques de concentration. Elle s’inscrit dans le cadre d’une relation d’aide avec des techniques qui lui sont propres. La sophrologie se définit comme une méthode qui a pour but majeur d’harmoniser le corps et la conscience.

 

1-2. Public

La sophrologie propose un travail prophylactique et éducatif qui s’adapte à tout public.

 

1-3. Moyens

La sophrologie offre une panoplie de techniques qui aident tout individu à s’harmoniser, à s’adapter aux différentes phases de l’existence, à mieux vivre sa vie au quotidien.

 

1-4. Buts

Les techniques sophrologiques conduisent l’individu vers plus d’autonomie. Le premier pricipe de l’entraînement, c’est le schéma corporel en tant que réalité vécue. Le deuxième principe, c’est l’action positive en vue d’harmoniser la conscience. Il s’agit d’activer le positif aux niveaux physique et mental, dans les paramètres existentiels (présent, futur, passé) et dans la relation avec les autres (famille, amis, secteur professionnel…). La sophrologie aide l’homme à repérer et à maîtriser les ressources et capacités qui sont en lui. Elle lui fournit la faculté de développer et de contrôler les dites capacités pour aboutir à la maîtrise de soi dans l’harmonisation et le renforcement de sa conscience.

 

Article 2. Le sophrologue professionnel

 

2-1. Attitude de réserve

Le sophrologue respecte la dignité, la liberté, l’intimité, les convictions et les valeurs morales et existentielles de la personne ainsi que la diversité de ses croyances personnelles, religieuses ou autres. Le sophrologue n’impose aucun dogme et s’interdit tout prosélytisme

 

2-3. Exercice de la profession

Quelque soit le statut professionnel du sophrologue, il s’engage à respecter le code éthique et déontologique de sa fédération.

 

2-6. Réalité objective

Le sophrologue doit demeurer dans sa réalité objective. Il n’enseigne et ne propose que des techniques sophrologiques qu’il maîtrise. Le préalable à tout exercice de la profession de sophrologue est un entraînement régulier et une connaissance parfaite de la théorie et méthodologie sophrologique. Tout sophrologue se doit de bien connaître ses propres limites professionnelles. Il s’engage à ne pas intervenir sur des sujets qui ne relèvent pas de ses compétences professionnelles, à ne jamais donner de conseils sur un traitement médical et s’interdit tout diagnostic (sauf s’il est médecin). Il se doit d’orienter son élève vers un autre praticien (psychothérapeute, psychologue, médecin ou psychiatre) si cela s’avère nécessaire.

 

2-9. Conscience professionnelle

Le sophrologue est garant de la qualité du travail sophrologique qu’il propose. Il se souvient en permanence qu’il travaille dans un niveau de conscience et un contexte où la réceptivité est accrue. A tout moment, le travail qu’il propose doit être source d’équilibre.

 

2-11. Qualité du travail sophrologique

Le sophrologue doit avoir une bonne maîtrise des outils qu’il a appris en formation. Il s’engage à proposer à son élève un travail de qualité donc à ne proposer que des techniques ou exercices adaptés tout en respectant les règles de l’art sophrologique.

 

2-14. Critères de formation

Le sophrologue professionnel doit répondre aux critères suivants: – avoir suivi une formation – avoir pleinement vécu la méthodologie sophrologique sous la forme d’un entraînement personnel dirigé en relaxation dynamique qui garantit une expérience intérieure des notions apprises. Ce point est une des clés de la formation existentielle du sophrologue. – avoir suivi des stages pratiques portant au minimum sur les 4 premiers degrés de la relaxation dynamique – avoir réalisé un mémoire – avoir mené une psychothérapie sophrologique ou analytique s’il en ressent la nécessité ou si l’école de formation le lui demande

 

2-16. Authenticité

Il est authentique, ce qui veut dire qu’il pratique lui-même les méthodes qu’il enseigne. Ainsi reste t-il en contact avec ses réalités corporelle et mentale. Il démontre une congruence entre son enseignement et ses comportements. Ainsi s’interdit-il tout acte de nature à déconsidérer la profession de sophrologue et respecte t-il les règles de l’art sophrologique et les lois et les valeurs du pays où il exerce.

 

2-18. Intentionnalité

L’intentionnalité du travail proposé par le sophrologue professionnel est toujours positive.

 

4-2. Confidentialité et anonymat

Le sophrologue s’engage également à informer les groupes dans lesquels il intervient de la règle de confidentialité que tout élève doit respecter. Le sophrologue s’engage de son coté à respecter le secret professionnel et la règle de confidentialité. Les notes qu’il prend doivent être classées et non accessibles à un tiers. S’il communique ses travaux à ses pairs, par quelque moyen que ce soit, il demande au préalable l’accord de ses élèves. Ou bien, il demeure suffisamment imprécis sur les caractéristiques personnelles, sociales, professionnelles de ses élèves.

 

4-3. Respect de l’individu

Le sophrologue n’utilise pas sa fonction de sophrologue ou sa notoriété à des fins personnelles ou égoïstes. Il sait écouter son élève sans jugements ni critiques ou conclusions hâtives. Il respecte son élève : sa dignité, sa liberté et son histoire.