Programmation Neuro-Linguistique

C’est Richard Bandler, un étudiant passionné du psychisme humain, et John Grinder un grand linguiste de son époque, qui en cherchant à affiner les techniques psychothérapeutiques, ont commencé à créer leur méthode. En observant différents domaines de connaissances comme la philosophie, l’anthropologie, la psychologie et la cybernétique,  ils se sont mis à rassemblé des outils complémentaires.

Richard Bandler disait « Quand nous avons mis au point l’expression « programmation neuro-linguistique », beaucoup nous ont dit : « ça fait un peu contrôle du cerveau », comme si c’était mal. J’ai répondu « oui, bien sûr ». Si vous ne commencez pas à contrôler et à utiliser votre propre cerveau, vous laisserez le hasard décider pour vous.»

Alors tout d’abord, pourquoi le mot Programmation ?

Et bien à cette époque l’étude de la cybernétique était très à la mode. C’est une science du contrôle des systèmes vivants ou non-vivants,  les créateurs de la PNL ont donc travaillé le fonctionnement du cerveau comme un programme informatique.

Par exemple en partant de l’enfance.

L’idée c’est qu’ on observe nos parents ou les adultes qui nous entourent pour mieux appréhender le monde. Les neurones-miroirs nous aident à apprendre par l’imitation comme on peut le voir dans le monde animal avec les petits qui apprennent à se nettoyer ou à chasser.

 Mais il y a aussi les concepts plus complexes comme les valeurs ou les croyances qu’on absorbe en fonction de ce que nous communiquent nos parents. En grandissant on continue à se baser dessus pour avancer. Mais parfois ce qui a été intégré comme juste pour eux ne correspond pas à l’identité que nous nous sommes construite. Et comme pour un système informatique, il faut permettre à l’esprit de faire une mise à jour. De faire un tri et des modifications.

Le mot Neuro, concerne les processus neuronaux, comment nous fonctionnons, comment la mécanique se met en place et du coup, comment y accéder.

Et c’est là où la Linguistique trouve son application. Dans la compréhension de ce qui est perçu dans le langage verbal comme dans le langage non-verbal. Comment communiquer pour être compris et comprendre, comment communiquer avec soi-même pour atteindre son objectif ?

Le langage non-verbal renseigne beaucoup sur ce que la personne ressent à l’intérieur d’elle-même qui est parfois en opposé avec ce qu’elle est en train de verbaliser.

Le langage verbale permet d'apprendre à connaître le monde d’une personne non pas à travers nos propres perceptions mais à travers les siennes.

La PNL étudie « comment » se déroule la communication et non sur « quoi » elle se porte.

Cet outil permet aussi de travailler sur les ancrages. Nous en avons tous. Il y a l’ancrage olfactif que tout le monde connait: on se promène dans la rue et une odeur déclenche un souvenir.

Mais il y en a d’autres plus négatifs: Imaginons que vous vous soyez fait agresser sur la ligne 8 du métro. Vous pouvez faire plusieurs séances de psychothérapies, régler l’impact psychique et pourtant à chaque fois que vous allez vouloir prendre ce métro une angoisse monte à l’intérieur de vous. C’est ce qui s’appelle un ancrage. Une sensation s’est liée à votre émotion lors de l’agression, et depuis une sorte d’alarme se déclenche pour vous rappeler qu’il y a un danger.

Mon travail va être de désamorcer ce processus en rappelant à votre corps et à votre inconscient que vous n’avez plus besoin de cette alarme. 

Le dernier point, permet de comprendre comment votre cerveau encode des informations. Si vous êtes plutôt visuel, auditif, ou kinesthésique (les sensations). Ces données m'aident à mieux comprendre votre monde et donc votre objectif. C'est également très utile lors de la mise en transe en hypnose. Je peux mieux vous guider en comprenant que vous préférez entendre parler de musique, ou voir les palettes de vert d'une forêt.

Pour quoi ?

J'utilise la PNL en complément de mes autres domaines thérapeutique, mais cet outil peut aussi être travaillé comme une thérapie à part entière, surtout pour les personnes qui préferent être consciente qu'en état de transe.

​© 2013 by Chirine HAIDAR.

  All rights reserved.